Facebook Twitter RSS Feed 




C R U G N Y

C’est une station néolithique habitée dès l’âge de bronze. Sur la route en venant d’Arcis on peut noter les vestiges d’un château (2 corps de bâtiment en équerre, cheminée renaissance). On dit que Charles VII serait venu dans ce château.

L’origine du nom de la commune remonte certainement à l’époque gallo-romaine. Les terminaisons en « y » proviennent fréquemment du latin « acus ». Au moyen âge, XI et XIIème siècles, le village est mentionné dans les textes d’alors sous le nom de  Crucigniacum (peut être y a-t-il un rapport avec le latin Crux, crucis : la croix?). Une autre hypothèse moins plausible viendrait de creuttes ou crouttes, cavités taillées dans le calcaire tendre.
Cette paroisse est mentionnée au XIV'ème avec pour seigneur l’abbé St Rémi.

L’église Saint Pierre serait une des plus anciennes de la région.  Elle a été classée monument historique le 30 juillet 1921. C’est une église médiévale appartenant aux styles roman, gothique et renaissance. 4 travées de la nef remontent au XIème siècle. Dans la moitié du XIIème siècle, la nef reçoit deux travées supplémentaires à l’ouest. Le portail ouest est donc reconstruit à la même époque. Au XIIIème siècle sont édifiés le transept sud et deux grandes chapelles voûtées d’ogives de part et d’autre du chœur. La charpente de la nef est d’origine XIIème ou XIIIème siècle. Au milieu du XVIème siècle, l’édifice est endommagé, la tour perd son 3ème étage, la voûte et certains chapiteaux de la croisée du transept sont refaits dans le style renaissance en 1676.
Les vitraux du chevet sont de Jacques Simon, le restaurateur des vitraux de la Cathédrale de Reims.

La demeure bourgeoise du XVIeme siècle : il en subsiste une tourelle  avec un escalier à vis et les jambages d’une cheminée.

L’habitat troglodytique et les souterrains : il s’agit de restes d’un lieu surement destiné au refuge, sous forme rectangulaire. Cet habitat se trouve près d’un souterrain prenant naissance dans un puit à la ferme isolée du bois de perthe. Deux autres souterrains sont présents : un partant de l’église et l’autre, à deux niveaux fut exploré et se situe à la sortie du village au bout de rue Haute.


Source : Site de l'office de tourisme de Fismes et sa région

Se loger ///  Gîte rural Pascal et Françoise Fleury et la Chambre d'Hôte de la Maison Bleu.

Se restaurer et boire un verre /// Bar restaurant le Joliron